Contre le terrorisme d'Etat, de tous les Etats existants

* * *

Les médias, redoutables moyens de façonner l'opinion publique mondiale, instruments fondamentaux de la crétinisation généralisée de toutes les couches sociales en faveur du capital mondial, nomment "terrorisme" les actes de violence ponctuels, réalisés contre des personnes ou des choses, qui n'apparaissent pas directement revendiqués et assumés par un Etat considéré comme légitime par ses pairs. Le terrorisme d'Etat, le terrorisme de "son propre gouvernement", de celui des gouvernement alliés ou même de celui des Etats considérés comme légitimes du bloc opposé, et surtout le terrorisme permanent et généralisé de la police, de la justice, des prisons, des usines, des syndicats, de l'armée, la disparition systématique des combattants, des hôpitaux psychiatriques, etc... ce terrorisme dirigé contre toute la population de la planète, privée, séparée de ses moyens de subsistance et de production (propriété privée, travail salarié), cela n'est pas considéré comme du terrorisme; cela est "naturel", c'est de la violence "légitime", c'est le monopole de la violence "contre le chaos". Dans le règne de l'idéologie dominante, le bourgeois et son idéologue (le journaliste ou le sociologue par exemple) n'ont même pas besoin d'affirmer que le terrorisme d'Etat n'est pas terroriste. Cette "vérité" est une vérité "religieuse" instituée par la "religion" propre à toute la société mondiale capitaliste. C'est une vérité "naturelle" de cette société, si "naturelle" que dans une société esclavagiste, l'esclave n'est pas un être humain mais bien une chose.

Rien de plus "naturel" pour ce système que des millions d'êtres terrorisés face aux forces répressives crèvent de faim et ne puissent s'approprier les moyens de leur subsistance; rien de plus "naturel" pour cette société terroriste que ses droits de l'homme s'appliquent de façon si carnassière aux combattants prolétariens, à tel point que le nombre de disparus pour la seule Amérique Latine approche le chiffre impressionnant de 100.000 et que les torturés et emprisonnés dans le monde se comptent par millions. Rien de plus "naturel" pour le Capital que la production de la planète ait partout comme centre dynamique la production de moyens de terrorisme collectif, de mort et de destruction, alors que la majorité n'a pas de quoi vivre. Rien de plus "naturel" pour le terrorisme démocratique officiel qui siège partout que la défense de la loi de son système implique des années de prison, la torture ou la mort, pour ceux qui attentent contre sa sacro-sainte propriété privée ou son économie nationale, en s'appropriant ce dont ils ont besoin, en paralysant la production ou en s'organisant contre la liberté de travail (répression des jaunes, piquets de grève).

Le citoyen, réceptacle et reproducteur de cette naturalité sociale, défenseur des lois de l'économie nationale et sa démocratie, est donc préparé à franchir un pas de plus dans l'évolution inéluctable de la société actuelle: la mobilisation nationale pour la défense du terrorisme d'Etat, la collaboration et la délation systématique, la guerre capitaliste.

Pendant l'ère capitaliste, il y eut de nombreuses formes idéologiques utilisées pour consolider les avancées décisives de l'Etat vers le terrorisme généralisé: défense de la civilisation, lutte pour la démocratie ou le socialisme, lutte contre le fascisme, contre le communisme, contre le chaos et le désordre... Mais par excellence, la forme la plus appropriée au principe de monopole de la violence en faveur de l'Etat démocratique, est la forme qui attaque directement, tout questionnement de ce monopole, c'est-à-dire tout questionnement violent du terrorisme d'Etat. Le summum de la démocratie, sa purification, c'est ce monopole exclusif et total, l'Etat libre (clé de tout le programme social-démocrate) (1) libre de tout ennemi. Pour cela, l'anti-terrorisme est par excellence l'idéologie de l'Etat terroriste, bien qu'il doive se présenter combiné à d'autres valeurs propres à tous les Etats (la démocratie) ou particuliers à chacun: défense de la révolution islamique, du monde libre, du socialisme, de la libération nationale. Toute campagne anti-terroriste en général, quels que soit ses auteurs, contribue au maintien et au renforcement indispensable du terrorisme d'Etat et convertit ses instigateurs, quelle que soit leur volonté, en agents objectifs du terrorisme d'Etat.

oOo

Dans l'actualité internationale de la crise s'accentuant, de nécessité pour le Capital d'imposer violemment l'austérité et préparer sa guerre, le processus généralisé de renforcement du terrorisme d'Etat s'articule autour de trois axes entre lesquels existe une unité et une cohérence implacables:

1/ Une tendance générale, spécialement parmi les grandes puissances, à terroriser leur propre population en fonction d'un ennemi indéfini et monstrueux, "le terrorisme international", tendance derrière laquelle se cache inévitablement la tentative de l'impliquer, de la mobiliser pour chacune des guerres locales à laquelle "son" Etat participe. Cela se concrétise:

2/ Une intelligente alternance entre la terreur ouverte contre toute résistance prolétarienne, et la légitimisation internationale des Etats qui appliquent ou appliquèrent cette terreur ouverte. Par exemple en Amérique Latine, alors que certaines expressions nationales de l'Etat systématisent l'assassinat politique et la disparition comme mécanisme fondamental de gouvernement (Mexico, Pérou, Colombie,... pour ne pas citer les déjà classiques Guatemala ou El Salvador) avec la complicité de tous les gouvernements, d'autres profitent du changement pour se blanchir (Argentine, Uruguay), assurant l'immunité aux assassins et aux bourreaux (en utilisant pour cela tout l'appareil parlementaire et juridique, les fameux droits de l'homme inclus), et constituant ainsi un précédent pour tous les autres.

3/ L'existence tant idéologique (conditionnement de l'opinion publique) que politiquement (répression) en faisant un amalgame systématique entre les actions de guerre irrégulières et de terreur à la population qu'eux-même impulsent, avec les actions de résistance prolétarienne, dans le but non seulement d'isoler les prolétaires combatifs mais aussi de gagner le soutien actif de la population contre toute tentative de réémergence classiste.

C'est-à-dire que avec la campagne anti-terroriste, faite par l'Etat, on cherche en même temps:

"C'est le propre cannibalisme de la contre-révolution qui développera parmi les masses la conviction qu'il n'existe qu'un seul moyen adéquat pour concentrer, abréger et simplifier les spasmes de cette vieille société agonisante et les sanglantes douleurs d'accouchement d'une nouvelle société: le terrorisme révolutionnaire."

- Marx -

Comme nous l'avons affirmé à plusieurs reprises, face à cette société terroriste, face à ce terrorisme généralisé de l'Etat, la violence libératrice du prolétariat n'est pas une possibilité parmi d'autres mais bien une nécessité. Et non seulement une nécessité dans le sens que sans elle la barbarie de la société actuelle ne peut avoir de limites, ou que c'est l'unique fin possible à cette barbarie sans fin, mais dans le sens qu'elle est inévitable, que la violence de l'oppresseur détermine et pousse inévitablement au développement de la violence révolutionnaire (3).

Et c'est cette seconde affirmation qui oppose totalement notre vision à celle de tout le réformisme.

En effet la social-démocratie, par exemple, dans ses expressions de gauche, ou les "terroristes", dans la terminologie de Lénine ou de Plékhanov (4), reconnaissait aussi la nécessité d'une lutte violente contre l'Etat. Mais pour tous deux, la violence prolétarienne comme lutte contre l'Etat, n'était pas quelque chose qui surgissait nécessairement de la société et de la résistance quotidienne du prolétariat dans sa lutte contre le Capital, mais au contraire quelque chose qu'il fallait introduire de l'extérieur. Pour la social-démocratie, le problème clé est celui de la conscience, pour les idéologues du terrorisme, celui de l'action exemplaire. Dans les deux cas, il s'agit d'introduire de l'extérieur à travers une action volontaire, la nécessité de la lutte politique violente contre l'Etat. Ceci pour nous, c'est de l'idéalisme, du volontarisme.

Le terrorisme des opprimés, la violence prolétarienne, n'est pour nous le résultat d'aucune volonté extérieure, d'aucune conscience apportée à la classe, d'aucun élément excitant, d'aucun complot, d'aucun agent extérieur, d'aucun instigateur ou manipulateur. Autrement dit, d'aucun élément idéal ou médiateur. C'est au contraire la réaction matérielle inévitable contre l'exploitation, l'oppression, la dictature de la bourgeoisie. Entre ces deux explications de la réalité sociale, il existe une frontière de classe quant à la conception du monde, l'explication social-démocrate-terroriste est inévitablement idéaliste et volontariste, la nôtre se base sur l'évolution matérialiste dialectique de la société.

Plus encore, la révolution ne porte ni la violence ni le terrorisme, mais sa suppression, la liquidation non de tel ou tel agent de la violence, mais des fondements généraux de cette société qui font d'elle une société basée sur la violence et le terrorisme. Si le prolétariat est acculé à assumer, revendiquer et exercer la violence contre cette société et tous ses agents, ce n'est pas parce que le prolétariat concentre cette violence en tant que positivité, mais bien au contraire parce qu'il est le pôle négateur de cette société sur lequel se concentre en dernière instance toute la violence. Et en tant que pôle destructeur de toute la société (négation active), il ne peut que nier la violence généralisée et institutionnalisée. Sa constitution en force violente jusqu'à sa dictature de classe n'est que le développement de cette négation active, où toutes les conditions et formes de violence sont déterminées négativement et comme négations, par la violence de cette société (5).

Rien de plus absurde donc que de prétendre que la violence de classe vient des révolutionnaires ou que la fonction de ceux-ci est de la créer ou de l'importer au prolétariat. Les révolutionnaires ne "font" pas la violence, de la même manière qu'ils ne "créent" pas le parti de la révolution, ils ne "font" pas les révolutions. Au contraire, leur fonction est d'agir comme les éléments les plus décidés dans tout ce processus inévitable qui surgit spontanément de la société c'est-à-dire d'assumer en pratique la direction du Parti et de la révolution.

Pour être encore plus clairs et explicites, l'activité consciente et volontaire des communistes n'est donc pas de porter la violence à la classe, mais de diriger cette violence vers les objectifs propres au mouvement, seule manière d'abréger les interminables souffrances de l'agonie de cette société et de la gestation de la société future. Il s'agit précisément que l'énorme énergie révolutionnaire que cette société génère et concentre dans le prolétariat ne soit pas dilapidée en milliers d'actions terroristes individuelles, plus ou moins disparates (certaines même déforçantes) et sans stratégie d'ensemble. Il s'agit donc d'organiser dans une seule direction jusqu'à l'insurrection, jusqu'à la dictature du prolétariat, le terrorisme rouge, pour empêcher la continuation des massacres sans fin, auquel aboutit une guerre sans direction.

Nous en profitons pour éclaircir qu'il n'est pas pour autant question de faire des concessions à l'idéologie social-démocrate "mouvementiste", qui tend à classifier la violence en violence minoritaire ou d'individus isolés et de l'opposer à la violence de "la classe dans son ensemble". La violence individuelle est aussi violence de classe, il n'y a aucun acte dans cette société qui ne soit marqué du signe de classe. L'assassinat d'un patron, une grève sauvage, un piquet de grève qui tabasse des jaunes -actes tous par excellence terroristes (6)- se distinguent et s'opposent à tous les actes de terrorisme étatiques ou para-étatiques (groupes réformistes avec idéologie "terroriste").

Beaucoup de ces actes peuvent ne pas obéir aux intérêts généraux du mouvement, être tactiquement inadéquats ou conduire à une impasse. Ceci est inévitable de par les propres conditions dans lesquelles le prolétariat est obligé de développer sa violence. Dans la plupart des cas, l'exploité est poussé, acculé, opprimé jusqu'à des limites insupportables... et la rage libératrice s'exprime généralement sans aucune considération tactique. Pour cette raison, les révolutionnaires n'exécutent, ne soutiennent ou ne promeuvent pas n'importe quel acte individuel, même s'ils le reconnaissent comme de leur classe. Ils peuvent être d'accord ou être totalement contre l'opportunité et le sens de l'action. Mais pour autant, ils ne la condamnent pas, ni n'applaudissent la répression, ou y sont indifférents. Leur attitude est avant tout la solidarité active contre l'Etat répressif, et parallèlement à cela la défense des objectifs généraux du mouvement, en luttant pour concentrer cette force qui pète par tous les pores du système, parfois de manière folle et irrationnelle, et de diriger vers ses propres objectifs: la lutte contre le capital et son Etat.

oOo

Si la violence dépendait, comme l'imagine le social-démocrate, de la conscience qu'il lui introduit, l'affaire serait très simple. Seule la violence qui s'exprimerait consciemment comme violence du "Parti révolutionnaire" serait prolétarienne, toutes les actions d'individus ou de groupes isolés seraient bourgeoises ou "petit-bourgeoises" et la position correcte serait leur condamnation. Cette position a toujours mené à la social-démocratie, et elle continue aujourd'hui à mener des dizaines de groupes qui se proclament révolutionnaires (y compris de la "gauche communiste") à applaudir activement l'oeuvre des bourreaux de l'Etat. Ce fut la position de toute la social-démocratie, du stalinisme et du trotskisme, quand par exemple Van der Lubbe incendia le Reichstag en Allemagne (7). Cette position est de bout en bout cohérente avec cette vision volontariste et en dernière instance policière de l'histoire commune à toute la bourgeoisie et à tous les Etats, qui incapables de comprendre le surgissement inévitable d'expressions incontrôlées de violence prolétarienne tentent toujours de découvrir des "agitateurs" qui sont derrière.

La question est bien plus complexe, précisément parce que la violence prolétarienne dans ses formes primaires avant d'être organisée et structurée, "s'exprime" sous n'importe quelle forme, explose de tous côtés. Marx et Engels (qui comme nous ne furent jamais partisans ni apologistes de la vengeance ou de l'assassinat individuels, de la pose de bombes dans des lieux publics, etc...), reconnaissaient pourtant dans des faits de ce genre la guerre de classe. Ainsi par exemple Engels, qui après avoir énuméré une série d'actes de ce type, dit: "six attentats se sont produits en quatre mois et tous ont comme cause commune la rage des travailleurs à l'encontre des exploiteurs. Quelle est la nature des relations sociales qui produisent de tels événements? A peine me faut-il le dire. Ces violences prouvent que la guerre de classe est déclarée et que des batailles se livrent publiquement."

Dans le monde d'aujourd'hui, dans tous les pays, il y a des centaines d'exemples de ce genre de lutte primaire (si primaire comme par exemple une grève sans tentative de généralisation et sans conscience de s'affronter à l'Etat tout entier), désespérée et sans stratégie d'ensemble contre le capital. Et même si ces actions, de par leur contenu et leur forme sont prolétariennes et clairement opposées et différenciées de celles que l'Etat central ou ses différents agents exécutent, le prolétariat ne les reconnait pas comme telles et ne les différencie pas des actions terroristes individuelles perpétrées par les différents groupes et appareils de la bourgeoisie.

Cet élément objectif et inévitable, dans une situation comme l'actuelle, d'atomisation du prolétariat, de son incapacité à s'assumer comme classe internationale et par conséquence son incapacité à se constituer comme telle, facilite grandement la politique d'amalgame réalisée par l'Etat et la consolidation de sa terroriste campagne anti-terroriste.

Qu'il soit bien clair qu'en rien nous n'affirmons que ce sont les actions terroristes de prolétaires individuels ou de groupes prolétariens qui permettent le renforcement de l'Etat, comme le soutiennent tous les groupes pacifistes pseudo-ouvriers, mais bien au contraire NOUS AFFIRMONS que la putréfaction généralisée de la société (développement explosif de toutes ses contradictions), qui conduit inévitablement au renforcement terroriste de l'Etat, continue à progresser parce que le prolétariat n'agit pas comme force révolutionnaire (seule limite réelle à cette tendance), et que dans l'affirmation de cette tendance le fait de la confusion générale qui règne parmi le prolétariat pour reconnaître et différencier sa violence de celle de ses ennemis, permet à l'Etat de réaliser sa politique d'amalgame, et de renforcer sa campagne anti-terroriste avec les applaudissements et la collaboration de foules de prolétaires atomisés (8).

En rapport à ceci, il ne suffit plus de parler de conditions matérielles inévitables, de coïncidences factuelles qui rendent possibles et digestes cette politique basée sur l'anti-terrorisme, mais il est indispensable de parler d'action consciente, délibérée et policière de la part de l'Etat avec l'objectif de réaliser cet amalgame. Bien que nous n'ayons pas une vision policière de l'histoire, la police participe dans l'histoire. Nous serions aveugles de ne pas reconnaître des actions volontaires et conscientes de manipulation, d'action directe, de la part de l'Etat et de sa police, pour valider sa politique générale de répression, confusion, amalgame. En plus il est évident que quand l'intérêt général de la bourgeoisie est en jeu, et compte tenu de toutes les leçons historiques qu'elle a tirées de son expérience, celle-ci agit sous une forme plus centralisée, consciente et policière qu'on aurait pu le penser. Par exemple "l'Escadron de la Mort", dans tous les pays où il a fonctionné ou fonctionne encore, est une nécessité générale de l'Etat et il aurait surgi organisé par n'importe quelle fraction du Capital. Cependant, il nous paraît important de ne pas oublier que cette nécessité générale a été assumée consciemment et ouvertement par les appareils centraux de l'Etat. De peur de succomber à une vision policière de l'histoire, on ne peut pas tomber dans l'affirmation, par exemple, que les "Escadrons de la Mort" furent organisés par des appareils autonomes incontrôlés ou par la fameuse "extrême droite". En effet, dans tous les cas, ce fut l'Etat, tout l'Etat et particulièrement le gouvernement, les Ministres, les Généraux et les officiers supérieurs qui les organisèrent.

Vu la faiblesse générale du prolétariat à agir comme classe, comme force indépendante, la première chose qui objectivement favorise la politique d'amalgame de l'Etat est la coïncidence formelle entre les objectifs que le prolétariat, plus ou moins confusément, désigne comme ses ennemis et que parfois individuellement ou groupusculairement, il attaque, et ceux qui sont la cible d'une série de groupes nationalistes, staliniens, foquistes, pseudo-révolutionnaires et pseudo-communistes (9): certains appareils d'Etat, certaines sociétés ou entreprises, certains patrons particulièrement haïs,... Si nous laissons de côté le fait que dans la majorité des cas, ces actions, loin de contribuer objectivement au mouvement, au contraire le désorganisent (ce n'est pas la finalité de ce texte de démontrer la désorganisation et passivité que l'activisme exemplaire et spectaculaire produit), ce qui est clair c'est que ce type d'actions qui cherche à gagner les prolétaires pour les utiliser comme chair à canon dans leurs guerres impérialistes, permet au centre de l'Etat (10) (et nous répétons, vu la faiblesse générale de la classe prolétarienne à opposer une politique totalement autonome et clairement différenciée aux yeux de toute la population) d'amalgamer toute action de résistance prolétarienne avec ce type d'action de groupes bourgeois. La répression consécutive, basée dans l'amalgame en question, non seulement permet à l'Etat de s'affirmer en général mais également dans presque tous les cas, elle liquide le peu d'autonomie prolétarienne qui était en gestation: élimination physique, emprisonnement des militants prolétariens,... et ceux qui en réchappent, dans leur isolement, ont beaucoup de mal à résister pour ne pas sombrer dans le nationalisme d'opposition (11).

Compte tenu de l'absence totale de différence de programme entre ces groupes nationalistes et leur propre gouvernement, ces groupes sont facilement infiltrables, manipulables, manoeuvrables vers d'autres objectifs plus centraux de l'Etat jusqu'à la proposition de collaboration ouverte (12). Dans quelques cas, cela permet même aux forces centrales de répression de les faire oeuvrer en fonction des intérêts généraux de l'Etat face à toute tentative de poussée d'autonomie prolétarienne (13).

Mais parfois tout cela ne satisfait pas les appareils centraux de l'Etat, les fractions du Capital qui contrôlent le gouvernement. Leurs intérêts particuliers de fractions et leurs intérêts généraux de classe les impulsent non seulement à financer, soutenir, accorder un appui logistique à tel ou tel groupe terroriste, mais même à organiser des actions "terroristes" (14) spectaculaires contre une autre fraction ou en général contre la population pour la terroriser et arriver à la gagner à sa politique générale de répression. Il est connu, bien que trop partiellement pensons-nous, que les services secrets des grandes puissances -comme la CIA ou le KGB- participent systématiquement non seulement à la création des appareils pseudo-parapoliciers, mais aussi aux attentats et actions armées directes contre l'ennemi impérialiste de classe. Ce qui nous préoccupe directement n'est pas bien sûr les essais successifs de liquidation de Fidel Castro de la part de la CIA, ou de la réitération systématique d'accidents ou l'on se débarrasse d'un Torrijos ou d'un Samora Machel. En fin de compte, ils n'ont qu'à s'arranger entre eux. De même, nous ne croyons pas à l'histoire qui raconte que la première guerre mondiale s'est déclenchée à cause de l'attentat de Sarajevo. Ce qui nous importe, ce sont les attaques directes déclenchées contre notre classe, ainsi que ce que nos ennemis réussissent à faire: mobiliser notre classe pour des intérêts qui ne sont pas les nôtres, sur base d'une multitude d'attentats et contre-attentats dirigés centralement par les diverses expressions nationalistes de l'Etat mondial.

L'actualité récente est saturée de révélations décisives sur la complicité directe des appareils centraux de d'Etat avec les actions terroristes dans le monde entier. Une énumération systématique est impossible. De plus nous ne possédons pas -et cela ne nous semble pas indispensable- lles détails sur les complicités de ces associations illégales de malfaiteurs que constituent tous les gouvernements. Mais citons quelques exemples: que l'anti-terroriste Mitterrand, avec tout son gouvernement socialiste, planifia jusque dans les moindres détails, l'attentat terroriste contre le bateau écolo de Greenpeace, de cela plus de doute. Il n'est pas non plus contradictoire que l'anti-terroriste Reagan ne se soit pas contenté d'un appui logistique et ait financé la guérilla nicaraguayenne actuelle, ni qu'il ait parrainé le manuel du parfait petit saboteur de la production de ses adversaires. En parfaite cohérence avec sa défense de l'anti-terrorisme, il n'est pas étonnant que ce monsieur ait organisé le bombardement des deux principales villes libyennes. Sur ce type de terrain, Israël l'avait précédé, le fait de bombarder une ville entière ou en partie n'est pas considéré comme un fait de guerre, mais simplement (comme l'avala cette putain d'opinion publique occidentale!) une action parfaite d'anti-terrorisme: le bombardement de certaines positions de l'OLP (et qui garantit que l'on bombarda seulement cela?) à Tunis se fit avec la bénédiction de tout le monde. L'explosion d'une bombe à la suite de laquelle crèvent une poignée de soldats assurant la présence militaire nord-américaine et la puissance impérialiste du bloc USA, "c'est du terrorisme", le bombardement d'une ville comme riposte supposée ne l'est pas, "c'est de l'anti-terrorisme". Et tous les moyens de désinformation internationaux nous martèlent ça (il va de soit que dans l'autre bloc c'est un message identique, mais à l'envers!). La chose est si absurde et grossière qu'il paraîtrait impossible que les gens puissent y croire, mais ils y croient! Les médias jouent leur rôle à merveille: ils informent ce qu'on leur dit d'informer. Mais plus encore. En Occident, on dit que les agents occultes qui dirigent le terrorisme seraient les gouvernements de Libye, d'Iran, de Syrie. Mais aujourd'hui personne ne peut nier que les chefs du terrorisme iranien sont armés en coulisses par les chefs de l'anti-terrorisme occidental et chrétien: les USA par ordre express de Reagan. Mais comme en même temps les chefs du terrorisme syrien -il y a assez d'intérêts économiques en jeu- sont armés par l'Etat français, celui-ci ne peut accepter la thèse de l'Etat anglais. Mais ça ne s'arrête pas là. Le chef du gouvernement français, qui officie durant la seconde phase de la campagne anti-terroriste (la 1ère fut initiée par Mitterrand au début de son mandat) avec l'approbation de lois spécifiques, ne lésina sur aucun effort, sur aucun détail dans sa politique d'amalgame (par exemple en inaugurant son mandat avec une opération générale d'interpellations, détentions et interrogatoires de militants prolétariens -spécifiquement dirigée vers nnotre groupe- justifiée par un soi-disant attentat qui n'eut jamais lieu, alors que tous les médias le commentèrent comme un fait advenu); il se distingua par sa ténacité à défendre les relations commerciales et militaires avec la Syrie et d'autres états du Moyen-Orient; ensuite, après des dizaines d'hypothèses sur la dernière vague d'attentats particulièrement criminels, il annonça qu'elle avait été organisée par les services secrets d'Israël. Que ce soit une possibilité, nous n'en doutons pas, de la même manière que nous ne doutons pas que derrière ce même attentat se trouvent les propres services secrets français et/ou leurs alliances et brouilles successives avec d'autres services secrets Etats du Moyen-Orient.

En réalité, ça ne nous intéresse pas qui est derrière dans chacun des cas. L'imbrication des intérêts économiques qui en dernière instance les détermine tous, est trop complexe. Cette brève énumération non-exhaustive nous a seulement servi à mettre en exergue que derrière toutes ces campagnes anti-terroristes, l'Etat tire ouvertement toutes les ficelles (en impulsant ou dirigeant ce type d'actions "terroristes" pour atteindre tous les objectifs déjà cités et renforcer son terrorisme général d'Etat); pour laisser bien clair qu'entre ce terrorisme et l'anti-terrorisme d'Etat, il y a complète et totale cohérence, que tout cela s'oppose à la violence prolétarienne qui est l'unique frein réel et définitif au terrorisme généralisé de la société actuelle.

oOo

Face au terrorisme d'Etat omniprésent, face au terrorisme de tous les Etats existants, la réalité dominante parmi le prolétariat continue à être l'atomisation, la contemplation passive du spectacle inter-terroriste de nos ennemis, agrémenté des détails les plus morbides et macabres par les moyens de communication-crétinisation internationaux. Il est certain que ne manquent pas les actes héroïques de prolétaires qui déchaînent ici ou là une bataille ponctuelle, une grève qui déborde toutes les prévisions et qui terrorise tout le capital, une ou plusieurs manifs violentes qui attaquent des centres d'Etat (au moment d'écrire ces lignes, tombent des nouvelles d'importantes luttes prolétariennes dans plusieurs cités algériennes) etc... Mais ces actions n'ont pas encore de continuité, de perspectives communes, de plan d'ensemble. Plus encore, les différents segments du prolétariat international qui luttent successivement ne sentent pas encore qu'ils développent une même guerre pour les mêmes intérêts et contre les mêmes ennemis (15) (ne parlons même pas d'une classe consciente de son projet universel); et après une lutte sporadique, il retourne à la situation générale d'atomisation et d'impuissance face à la barbarie du Capital. Nous ne doutons pas que ces explosions seront dans un futur prochain encore plus grandes et importantes. Le problème, c'est comment cette communauté sporadique de lutte et de coïncidence dans l'action, se transforma quantitativement et qualitativement en une communauté d'action et de direction avec des perspectives internationales, comment elle se coordonne, elle se centralise, comment on assure une continuité, comment naît l'indispensable direction, etc... sans quoi nous irions vers une autre défaite du mouvement. Répondre adéquatement et pratiquement à ce gigantesque défi historique est le devoir des militants révolutionnaires (16).
"Les communistes savent que ces attentats sont le produit de la lutte des classes et s'attachent à établir les causes politiques de l'attentat individuel. Leur attitude politique envers ces derniers ne les amènera jamais à encourager l'oeuvre répressive contre les terroristes, mais à développer la conscience politique des masses, car c'est dans l'épanouissement d'un mouvement prolétarien qu'il est possible de coordonner l'éclosion de ces gestes de violence individuelle. S'il revient uniquement aux machinations policières de rendre juridiquement responsable les communistes des actes de terreur individuelle, il appartient aux communistes de riposter en montrant que ce sont les conditions de terreur politique exercée par les gouvernements pour empêcher l'évolution d'un mouvement prolétarien, qui portent la responsabilité de l'apparition des attentats individuels..."

- Bilan, No.15, p.505-506 -

Notes :

1. cf. Marx: "Critique du Programme de Gotha".

2. Les dites sanctions contre tel ou tel Etat accusé de soutenir le terrorisme, les ridicules mesures au nom des droits de l'homme "contre" l'Etat en Afrique du Sud, le spectacle juridique du procès des coupables des "excès" en Argentine, sont bien sûr en cohérence totale avec cette politique de l'Etat.

3. Cette affirmation ne doit pas être perçue linéairement, nous ne sommes pas partisans de l'idéologie où l'on applaudit au terrorisme d'Etat pour que "s'aiguisent les contradictions" (matérialisme vulgaire), parce qu'il est clair que pour nous, à partir d'une accumulation de défaites, le terrorisme de la contre-révolution peut arriver (il y a assez d'exemples!) à balayer de la planète le prolétariat comme classe, qui réémergera (aussi inévitablement) longtemps après.

4. Nous refusons la terminologie qui admettrait l'existence d'un terrorisme ou de terroristes en général. Pour nous, le terrorisme a été et sera toujours de classe: terrorisme révolutionnaire ou terrorisme contre-révolutionnaire. Néanmoins, il existe une idéologie qui fait l'apologie comme "théorie révolutionnaire" d'une certaine action terroriste spécifique. Cette idéologie inévitablement liée au populisme et au réformisme, et qui constitue encore la base d'adhésion de centaines de groupes pseudo-révolutionnaires dans le monde (la plupart d'entre eux clairement bourgeois et liés à un projet d'Etat Nation), fut critiquée et caractérisée adroitement par Lénine dans son texte "l'aventurisme révolutionnaire" (Oeuvres T. VI). Les traces invariantes de cette idéologie volontariste, idéaliste, matérialiste mécaniciste sont: l'idéologie du "transfert de forces", selon laquelle chaque acte terroriste "suce" de l'énergie à l'Etat et la transmet à ceux qui luttent, l'idéologie de l'apologie de l'individu "invisible", "invincible", "insaisissable", en opposition à la vulnérabilité de la "masse", l'idéologie de l'excitation, de l'action exemplaire,... enfin une vision de l'histoire qui substitue les contradictions de la société du Capital et l'inévitable accentuation de la lutte des classes, par une vision basée sur la lutte entre des individus, les uns personnifieraient l'Etat (la théorie selon laquelle "machin" serait le "coeur de l'Etat" est de ses variantes modernes), les autres personnifieraient les héros, les "révolutionnaires", c'est-à-dire la lutte appareil contre appareil, où le prolétariat est réduit à une simple masse spectatrice. Cf. à ce sujet, notre texte dans Le Communiste No.17 et 19: "Critique du réformisme armé". En Amérique Latine, le foquisme rural et urbain constituent des expressions évidentes de cette idéologie réformiste, bourgeoise.

5. Toutes les déterminations de la lutte du prolétariat et par là-même son programme, sont la négation pratique de ce système.

6. Nous en profitons pour combattre l'idéologie qui associe terrorisme à bombe ou assassinat, la bourgeoisie étant terrorisée par toute véritable action de classe qui marque réellement l'émergence du prolétariat comme force.

7. Très différente fût bien sûr la position de la véritable gauche communiste. Cf. Bilan: "A propos de l'affaire Van der Lubbe" in Le Communiste No.22.

8. "Prolétaires" atomisés collaborant avec l'Etat: le lecteur attentif notera une incohérence avec notre terminologie habituelle, mais ici nous voulions faire référence à un secteur spécifique de la société (ceux qui n'ont rien à perdre, ceux qui sont objectivement intéressés par la révolution sociale), et pour cela nous n'avons pas utilisé le citoyen, le peuple, la population, comme nous l'avons fait auparavant. Il pourrait aussi se désigner sous le terme "d'anti-prolétarien", dont l'expression la plus achevée est sans conteste celle de s'entre-tuer mutuellement dans la guerre impérialiste. Il est négation capitaliste du prolétariat, par opposition à la négation révolutionnaire: liquidation de toutes les classes sociales, autosuppression communiste du prolétariat.

9. Comme par exemple: les FARC ou M19 en Colombie, les Sandinistes dans le passé au Nicaragua, les Montoneros et les Tupamaros dans le passé en Argentine et Uruguay respectivement, le MIR au Chili, ELN en Bolivie, ETA en Espagne, BR en Italie, OLP partout, etc...

10. Pour nous tous ces groupes font partie intégrante de l'Etat du capital mondial. Nous désignons comme centre de l'Etat en particulier le gouvernement et la direction à ce moment là des forces répressives (souvent elles changent de mains, cf. le rôle actuel du sandinisme).

11. Cf. "Exil, révolution et contre-révolution" dans Le Communiste No.25.

12. Cf. par exemple les innombrables nuances proposées par les BR; depuis les ouvertement collabos jusqu'aux "vrais" combattants en passant par les repentis, les dissociés, etc... Cf. également le résultat des arrangements entre militaires, Montoneros et Tupamaros qui arrivèrent à se mettre d'accord sur une lutte commune contre "ceux qui pillent la nation", "contre les illégalités économiques" ou sur un programme pour le "bien-être" national ou bien encore le travail de mobilisation réalisée par les Montoneros pendant la guerre des Malouines.

13. Une bonne contribution à ce thème, en particulier sur le cas italien, se trouve dans le pamphlet "Prolétaires, si vous saviez - Le laboratoire de la contre-révolution - Italie 79/80".

14. Comme nous l'expliquions au début, pour nous toute action de l'Etat est terroriste; pour cela nous notons entre guillemets cette forme particulière d'action terroriste ponctuelle et irrégulière. Le contraire serait une concession à ce que nous dénoncions au début de ce texte.

15. Sentiment qui existera clairement et universellement au début du siècle, en 17/21 et dans une moindre mesure entre 67/73.

16. Cf. La "Propuesta Internationale" dans Le Communiste No.25 qui constitue un apport dans ce sens.

Le Communiste No.26