Sur base des thèses énoncées ici, nous appelons tous les militants et groupes révolutionnaires à centraliser leurs efforts avec les nôtres dans la lutte vers la dictature du prolétariat pour abolir le travail salarié. A l'intérieur de la communauté de lutte dont nous sommes partie prenante, il ne s'agit pas d'additionner des points idéologiques de divergences et de convergences, mais bien de coordonner effectivement la pratique commune que nous réalisons déjà et qui se renforcera par cette coordination. Il ne s'agit pas non plus de résoudre, chacun de notre côté, les insuffisances et les faiblesses que nous avons tous, ce qui est impossible, mais, bien au contraire de structurer et de centraliser la pratique commune qui nous unifie et qui constitue le cadre adéquat pour la discussion militante, le cadre adéquat pour résoudre les énormes problèmes que nous avons devant nous. Camarades, c'est dans une pratique révolutionnaire conséquente et dans la réponse, à tous les niveaux et sur tous les plans aux attaques du capital, que se décantera la direction révolutionnaire dont nous avons besoin. Jusqu'à ce jour, toutes les "révolutions" se sont toujours faites au nom de la science et de la raison, et cela correspond au fait que leurs idéologues ont à chaque fois élaboré une liste de principes avec lesquels ils entendaient modeler le mouvement. La révolution que nous avons devant nous n'a rien a voir avec tout cela, elle surgit de la nécessité plus réelle et plus profonde de l'homme réel concret, du prolétariat affirmant ses intérêts pour une vie véritablement humaine. Comme telle, la révolution pour laquelle nous luttons est et sera en rupture totale avec toute idéologie, toute science, toute raison et toute idée même de progrès.

Camarades, assumons ensemble ce que nous sommes réellement et ce pourquoi nous avons surgi. Assumons ensemble la pratique conséquente et révolutionnaire du Communisme et du Parti Communiste.


TH58 : Thèse 58