Pour terminer, il nous paraît ici indispensable de souligner l'importance décisive du Parti Communiste. Sans sa constitution en Parti, le prolétariat n'existe ni en tant que classe, ni en tant que force historique.

Aujourd'hui, revendiquer le Parti signifie en même temps reprendre et se réapproprier la conception invariante de celui-ci et se démarquer de tous les démocrates en insistant sur le fait que cette question centrale du programme ne constitue pas un "problème à part", que classe et parti ne sont pas deux être historiques différents qui devraient donc se définir séparément pour ensuite entrer en relation mais sont bien au contraire, des expressions distinctes d'un seul et même être historique: le communisme.

Les déterminations essentielles du Parti ne peuvent donc être comprises à partir de réalités contingentes ou de nécessités ponctuelles sans tomber inévitablement dans des conceptions immédiatistes (léninistes ou antiléninistes) qui, invariablement définissent d 'un côté la "classe" (comme si celle-ci pouvait se définir sans sa constitution en parti) et d'un autre côté le "parti" (en général défini en terme de devoir-être historique) pour ensuite tenter de concilier les deux concepts, c'est-à-dire de "lier" ce qui a été idéologiquement séparé. Les polarisations à l'intérieur de cette conception démocratico-immédiatiste s'opèrent ensuite dans la recherche de définitions des "relations" entre la "classe" et le "parti". De la même manière, les déterminations historiques fondamentales du parti n'ont rien en commun avec l'existence de tels ou tels groupuscules auto-proclamés "parti" ou qui prétendent détenir la "conscience"; elles n'ont rien en commun non plus, avec l'addition économico-sociologique des prolétaires. Au contraire, le Parti est pour nous le communisme constitué en force centralisée internationalement. C'est à la fois la condition indispensable à l'instauration de la société communiste et sa préfiguration vivante.


TH51 : Thèse 51