Les idéologies parcellisatrices du capitalisme mondial telles l'antiracisme ou le féminisme ont pour but de combattre l'unification du prolétariat international. L'importance de ces idéologies ne peut se comprendre qu'en tenant compte du fait que chacun de ces mouvements de mobilisation étatique cherche à attirer la majorité de la population prolétarienne de la planète pour la dévier ainsi de ses objectifs classistes et révolutionnaires. Les féministes les plus radicales n'oublient jamais de mentionner que leurs revendications concernent les femmes et celles-ci composent la majorité de la population de la planète. L'antiracisme a pour sa part, les mêmes prétentions: en effet, le prolétariat dont la couleur de la peau et la caractérisation d'immigré ou de fils d'immigré déterminent des formes particulièrement atroces d'exploitation par le capital, représente de loin la grande majorité du prolétariat mondial. De là aussi, l'importance de la critique révolutionnaire de telles idéologies qui seront balayées par la lutte unificatrice du prolétariat de toutes les couleurs, de tous les sexes, de tous les âges, provenant de toutes les parties du monde et de tous côtés... contre le capital mondial. C'est dans cette communauté de lutte réelle et dans son développement que se détruisent et se détruiront le racisme et l'antiracisme de même que ce qui est appelé le "problème de la femme" et le féminisme, etc.

TH39C : Thèse 39c