De Proudhon à Kautsky, de Hitler à Fidel Castro, de Staline à Mussolini, de Bernstein à Peron, de Mao à Khomeyni, de Arafat à Gorbatchev et autres réformateurs... il a toujours existé des fractions bourgeoises progressistes, partisanes des grandes réformes, aux discours populistes, ouvriéristes, "contre la richesse", "contre les monopoles", "contre l'oligarchie", "contre les quelques familles propriétaires du pays", "contre la ploutocratie"... et en faveur des institutions "sociales". Ces fractions correspondent à la tendance historique permanente du capital à s'auto-réformer et à révolutionner constamment sa base productive et sa structure sociale, en maintenant évidemment l'essentiel: le salariat, l'exploitation de l'homme par l'homme. Leur fonction spécifique est de se présenter comme alternatives aux formes classiques de domination (fonction décisive pour polariser la société en deux pôles bourgeois) de présenter les réformes comme l'objectif de toute lutte et, dans la lutte intercapitaliste, d'apparaître comme les secteurs radicalisés de la société. Leur importance plus ou moins grande selon les époques et les pays, provient de leur crédibilité face aux prolétaires, c'est-à-dire de leur capacité à contrôler les ouvriers et à liquider toute autonomie de classe au travers de réformes (ou de promesses de réformes) qui visent a rendre moins visible l'esclavage salarié, plus "viable" la misère effective et, dans les faits, consolident la dictature sociale du capital. Quel que soit son réformisme, la bourgeoisie est l'ennemie irréconciliable du prolétariat et, quels que soient leurs discours, toutes les fractions recourent systématiquement à la terreur ouverte (qui n'est pas le "privilège" de la droite ou des fascistes) contre le prolétariat lorsque la préservation du système l'exige. Face à ces fractions, le programme du prolétariat ne change pas d'un iota: contre tout type de défenseurs critiques, le prolétariat est contraint de s'organiser en force afin de les écraser et de les liquider en même temps que les autres fractions.

TH36 : Thèse 36