Le dualisme social-démocrate et l'idéologie de la décadence qui nient le capital en tant que totalité organique, conduisent inévitablement à créer idéologiquement un ensemble de catégories dans lesquelles les héritiers de la social-démocratie s'imaginent que le monde est divisé. Ces catégories idéologiques, dans la mesure où elles deviennent des conceptions, deviennent de puissantes armes de division du prolétariat. Ainsi, aux formes bourgeoises plus classiques de catégorisation et de division des pays, comme par exemple la division du monde en trois que nous avons déjà mentionné, ou la division de pays, en pays "développés" et "sous-développés", "centraux" et du "tiers-monde", s'ajoutent d'autres divisions plus subtiles, mais qui remplissent la même fonction: semer la confusion à propos de l'unicité du capital mondial: disperser et désorganiser le prolétariat en lui présentant différents projets ou objectifs selon les régions. A cet égard l'idéologie du "capitalisme d'Etat" est particulièrement pernicieuse: d'après elle, en effet, il existerait différents types de capitalismes, ou pire encore, des sociétés "demi-demi", ni véritablement capitalistes, ni véritablement socialistes, et où le "capitalisme d'Etat" serait une phase de la révolution. Toutes ces idéologies, constituées par différentes variantes du kautskysme, du léninisme... et qui ne sont rien d'autre que le mythe stalino/trotskiste de la "spécificité" russe" généralisé à l'ensemble du monde, ont comme objectif central la négation, le camouflage, la dissimulation du véritable antagonisme entre l'Etat capitaliste mondial et le prolétariat internationaliste.

TH33 : Thèse 33