C'est ainsi que le caractère mondial du capitalisme engendre le prolétariat comme classe mondiale, sans aucun intérêt régional, sectoriel, national à défendre.

A l'inverse du prolétariat, la bourgeoisie a non seulement réalisé sa révolution en affirmant ses intérêts particuliers mais sa propre essence -la concurrence- l'oblige de manière permanente à s'entre-déchirer violemment et à s'affronter à tous les niveaux pour le repartage des moyens de production et des marchés. L'unité entre bourgeois (sociétés anonymes, accords entre monopoles, Etats nationaux, constellations d'Etats,... Etat mondial) s'opère toujours pour affronter dans de meilleures conditions la guerre commerciale et/ou la guerre de classes. Cette unité peut à chaque instant éclater et mettre en pièces ses différentes fractions particulières. De ce fait, même lorsqu'elle est unifiée, l'action de la bourgeoisie contient toujours la division et toute phase de paix est une phase de la guerre future; tandis que, au sein du prolétariat, au contraire, toute action, aussi partielle soit-elle, contient l'universalité, c'est-à-dire qu'aussi limitée, régionale ou sectorielle que puisse être l'action de notre classe contre le capital, elle contient l'affirmation de nos intérêts uniques dans toutes les parties du monde et la lutte pour la révolution sociale universelle.


TH19 : Thèse 19