Nous avons publié plusieurs articles relatant les insurrections de mars 1991 en Irak au fur et à mesure que les informations nous parvenaient (Cf. "Guerre ou Révolution" - Communisme No.33 et "Défaitisme révolutionnaire en Irak" - Communisme No.34). Peu après la fin de la guerre du Golfe, nous avons également publié le texte "Prolétariat contre nationalisme" (Communisme No.36) dans lequel, avec le recul d'un peu plus d'une année, nous tentions de tirer les enseignements de ces luttes.

Avec plus de distance encore, nous revenons maintenant sur cette question en proposant quelques notes supplémentaires centrées sur les leçons de l'insurrection et principalement articulées autour de trois axes: le développement contradictoire de l'associationnisme ouvrier dans le surgissement des shoras, les forces et les limites de l'action insurrectionnelle du prolétariat, les nouvelles guerres interbourgeoises dans la région et les tâches du prolétariat. Ces notes ont été tirées de notre revue centrale en espagnol (cf. Comunismo No.35) parue en octobre 1994. Depuis lors, d'autres informations nous sont parvenues à propos du développement du nationalisme et de l'islamisme comme moyens mis en oeuvre par la bourgeoisie locale pour dissoudre le prolétariat et l'amener à retourner ses fusils contre ceux-là mêmes qui luttaient à ses côtés au moment de l'insurrection. Ces informations ont été rassemblées dans un texte qui suit les "Notes additionnelles..." et que nous avons intitulé "Nationalisme et Islamisme contre le prolétariat".

Nous voudrions insister auprès du lecteur pour qu'il porte une attention particulière aux éléments concernant les leçons de l'insurrection à Soulaymania dont l'enjeu a été, une fois de plus -comme dans toute l'histoire des insurrections de notre classe-comment développer la révolution dans tous les aspects de la vie sociale une fois accomplie l'insurrection, comment éviter la confiscation de la révolution sociale par sa transformation en une simple "révolution" politique, un simple changement de gouvernement.

Ce qui s'est passé en Irak ne montre pas seulement l'actualité de la contradiction capitalisme/communisme, mais son futur. Partout se développe l'inhumanité capitaliste, partout se joue la guerre comme alternative à la crise capitaliste actuelle, partout s'esquisse l'ébauche d'une réponse communiste à celle-ci et à toute la barbarie du capital. Cette précision s'adresse à tous ceux qui pensent que l'Europe "civilisée" est préservée à jamais de la barbarie guerrière qui déferlait il y a cinquante ans encore sur cette partie du monde. Il est utile de préciser que l'alternative "guerre ou révolution" est la même partout et que la menace de voir l'Europe se transformer en un immense champs de bataille est tout aussi actuelle que celle qui pèse sur les autres endroits du globe encore épargnés par les conflits militaires. "Ici" aussi, la guerre que le Capital mène contre le prolétariat ne peut que se développer jusqu'à atteindre l'intensité destructrice avec laquelle elle s'est déroulée "là-bas", en Irak. Et "ici" aussi, la seule voie possible pour briser les chaînes de ce système morbide qui nous mène inéluctablement à la guerre reste la lutte pour la révolution.

C'est dans cette urgence que se situe la discussion autour des leçons de l'insurrection en Irak. Nous appelons nos lecteurs à nous faire part de leurs avis et critiques sur cette question particulière afin de développer ensemble une communauté de lutte contre la guerre, préfiguration d'une véritable communauté humaine où le Capital, l'Etat, les classes et les relations sociales basées sur l'échange et l'argent auront enfin disparus.


Lisez aussi

"LC43.1.2 Notes additionnelles à propos de l'insurrection de mars 1991 en Irak"

"LC43.1.3 Nationalisme et Islamisme contre le prolétariat"


CE43.1.1 A propos de la lutte de classes en Irak : Introduction