Voici un exemple des mille et une facettes du soutien "critique" apporté par les différentes chapelles trotskystes à la guerre anti-prolétarienne en Yougoslavie et ailleurs; ou comment ces agents et produits actifs de la contre-révolution mèneront demain (comme ils l'ont déjà fait par le passé) les prolétaires à la boucherie généralisée en soutenant une fraction bourgeoise contre une autre. Cette perle est extraite de l'édition française de la revue "Spartacist" ("Organe du marxisme révolutionnaire" -sic! NDR) de la LCI (Ligue communiste internationale - quatrième internationale), numéro 28, hiver 1994-95, page 4.
"Or, beaucoup d'organisations "de gauche", notamment pseudo-trotskystes, soutiennent l'intervention militaire impérialiste en faveur du gouvernement musulman bosniaque. Krivine, qui dirige la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), a signé un appel demandant aux impérialistes européens d'"agir collectivement" et par "tous les moyens" dans l'ex-Yougoslavie. Plus récemment, le Secrétariat "unifié" (SU) de Mandel (dont la LCR est la section française), la Ligue socialiste des travailleurs morénistes, le Workers Revolutionary Party britannique de Slaughter et Workers Power/Pouvoir ouvrier ont lancé une campagne pour organiser un "Secours ouvrier pour la Bosnie". Ils ont appelé à approvisionner en vivres le gouvernement nationaliste bourgeois bosniaque sous la protection de soldats français et britanniques. Le dénommé "Secours ouvrier" s'est simplement mis à la remorque des impérialismes français et britannique.
Cette capitulation est en droite ligne de la politique qu'a suivie pendant la guerre froide antisoviétique toute la soi-disant "extrême gauche" qui s'est faite l'écho du soutien apporté par les impérialistes aux mouvements nationalistes contre-révolutionnaires.
La LCI ne prend parti pour aucun des camps dans ce massacre. Il n'y a pas d'autre solution démocratique en Bosnie et dans les autres régions de l'ex-Yougoslavie, où les peuples sont interpénétrés, qu'une révolution prolétarienne qui établira une fédération socialiste des Balkans. Mais, tout en appelant les travailleurs à s'unir pour renverser les dirigeants nationalistes bourgeois, il est du devoir de la classe ouvrière internationale, en cas d'attaque impérialiste contre les Serbes, de défendre la Serbie. [nous soulignons, NdR] Nous disons: A bas le blocus économique de l'ONU et de l'OTAN contre la Serbie! Retrait immédiat des Balkans de toutes les forces de l'ONU et de l'OTAN!"
Comme on le voit, malgré les conflits de chapelle, quand il s'agit d'embrigader les prolétaires dans la mobilisation générale, les préparatifs de guerre et l'Union Sacrée, les trotskistes comme tous les social-démocrates se rejoignent. Ils sont tous d'accord pour faire participer le prolétariat à la guerre impérialiste. Les uns dénoncent les autres, les autres dénoncent les uns, mais en réalité ils se retrouvent d'un côté et de l'autre... de la guerre du Capital contre le prolétariat!
 

CE42.8.2 Le trotskysme encore et toujours contre le prolétariat !