En avril 1993, nous avons publié dans notre revue centrale un texte intitulé "Le Sida, pur produit de la Science!" ("Communisme" N°38). Ce texte, traduit et publié dans nos revues centrales en espagnol et en anglais, a depuis lors, fait le tour du monde et suscité de nombreuses réactions et republications/reproductions. En Argentine et en Uruguay, des assemblées de prolétaires du secteur hospitalier s'en sont servis comme base pour aborder la question de la science et de l'origine scientifique du Sida. Bref, de nombreuses expressions de soutien aux thèses que nous défendons dans cet article nous sont parvenues et nous parviennent encore.

Si nous revenons ici sur le sujet, c'est que l'actualité elle-même confirme chaque jour un peu plus notre thèse et révèle également l'océan d'hypocrisie et de confusion sur lequel navigue la Science.

Rappellons brièvement que nous soutenons d'une part que le Sida trouve son origine au début des années '70, dans le contexte créé par les nouvelles possibilités d'exploitation commerciale que développe, à cette époque, la biologie moléculaire et, d'autre part, que pour éloigner le spectre de l'origine scientifique de l'apparition du Sida, les hommes de science de tous bords se sont acharnés à déconnecter les dates d'apparition de la maladie de l'époque à laquelle il était possible de fabriquer le rétrovirus:

"...pour éloigner la date d'apparition du Sida de l'époque à laquelle les conditions matérielles étaient réunies pour le fabriquer en laboratoire --dès 1971--, les chercheurs (de mensonges!) ont tout simplement "découvert" quelques cas de Sida au beau milieu des années cinquante et soixante, en Afrique. Mais bien vite, il apparut que les tests ayant déterminé la présence d'anticorps au virus mortel dans ces vieilles éprouvettes n'étaient pas valables. On décida alors tout simplement de confirmer, de corroborer malgré tout ces diagnostic rétroactifs... sur base d'une simple et vague ressemblance des seuls symptômes décrits dans les dossiers de ces malades dont avait été tiré le sang!!! Pour prouver la vérité de ses propos, quoi de mieux que de l'inventer?"
Depuis, pour ancrer de façon quelque peu plus crédible l'origine du Sida bien avant 1971, la plupart des "spécialistes" ont basé leurs justifications sur l'analyse des tissus d'un homme mort en 1959 très exactement. Des centaines de pages ont été écrites autour de ce cas et publiées à grands cris dans toutes sortes de revues. La Science disposait enfin d'une preuve tangible refoulant l'origine du Sida bien avant la naissance de la biologie moléculaire! Voici ce qu'en disait an 1992 un journal parmi tant d'autres:
"Nombreux sont les scientifiques qui croient aujourd'hui que le Sida est apparu pour la première fois en Afrique équatoriale. La première preuve de sa présence sur le continent africain remonte à une prise de sang effectuée en 1959 à ce qui s'appellait alors Léopoldville (Congo belge) et qui est actuellement Kinshasa (Zaïre)".
Extrait de la revue "Rolling Stone" in "El Clarin" (Argentine) - 22/03/1992
Après plusieurs années d'un pareil battage médiatique, le commun des mortels a fini par repousser loin de la Science la responsabilité de l'origine de la terrible épidémie. Le Sida, ce n'est pas la faute à la Science, c'est la faute à l'Afrique!

Et aujourd'hui, alors que plus personne ne s'intéresse à l'origine du Sida, c'est sur la pointe des pieds et sans tapage qu'une dépêche de l'AFP annonce en quelques lignes:

"Le cas de Sida de 1959 se révèle faux. A nouveau analysés, les tissus de l'homme contiennent un virus datant de 1990. Le premier homme reconnu comme étant mort du Sida n'avait pas cette maladie (...) Les tissus qui avaient permis d'arriver à ce diagnostic ne provenaient pas de son corps (...) Deux hypothèses: soit un mélange accidentel de tissus dans les laboratoires, ce qui est inconcevable (sic! NdR), soit un échange délibéré d'échantillons."
AFP in "Le Nouveau Quotidien" (Suisse) - 27/03/1995
 

Sans commentaires !


CE42.4.3 Nous soulignons :

L'origine du SIDA en 1959 ? La science désannonce discrètement