Etant données les difficultés que représentent la traduction d'un texte de Marx, nous reproduisons dans sa totalité une note finale d'Invariance et nous y ajoutons d'autres déclarations.

Note d'Invariance

"Cependant si l'aspect antidémocratique de ces textes a été souvent mis en évidence, la question essentielle, celle de la Gemeinwesen (communauté) n'a jamais été soulevée. Or justement (dans ces textes, "Pour la question juive" et "Gloses critiques marginales à l'article: 'le roi de Prusse et la Réforme Sociale'"), Marx aborde cette question en montrant que l'éloignement de l'homme de sa Gemeinwesen rend inévitable la révolution -laquelle n'est possible, comme cela sera précisé ultérieurement, qu'à la suite d'une crise économique qui affaiblit la puissance de répression de la classe dominante et fournit l'énergie nécessaire à la classe opprimée pour tenter l'assaut insurrectionnel. On y trouve de plus l'affirmation que seul l'être humain est la véritable Gemeinwesen (communauté) de l'homme. Or, qui dans cette société peut représenter cette Gemeinwesen? quelle est la classe qui dans cette société se soulève à un titre humain? Le prolétariat. Cette réponse donnée dans "Pour la critique de la philosophie du droit de Hegel" montre à quel point il y a unité profonde entre tous ces textes. Il y a une unité parce que la question de la communauté est la question centrale du mouvement prolétarien. De façon synthétique, elle se présente comme suit:

... Ce dernier mot (Gemeinwesen) indique le mieux l'idée que dans le communisme, il y a une communauté mais que celle-ci est un être commun, collectif, dans son devenir, (dans son mouvement - ndr)... parce que le terme "communauté" nous semble trop statique, indiquant un résultat donné et non le devenir et parce que l'être n'y apparaît pas."
 
-Invariance, No.2, p.231.-

*

Note de Etcétera

Marx oppose "Gemeinwesen" à "Statwesen" et affirme ici que l'être humain est la véritable "Gemeinwesen" de l'homme. "Gemeinwesen" est l'expression allemande du concept de communisme qu'Engels utilisera plus tard pour désigner la Commune de 1871. Le séparation de l'homme de sa véritable "Gemeinwesen", l'être humain, exprime sa misère infinie. Le mouvement communiste détruit cette séparation.

Tout au long de son oeuvre, Marx enrichira cette conception. Déjà dans l'"Introduction à la Critique de la Philosophie de Droit de Hegel" (1843), il soutient que le véritable dépassement de l'Etat ne peut pas s'opérer plus que dans la communauté (Gemeinwesen).

Dans La Question Juive (1884), un feuillet de trente pages inspiré par la lecture d'un texte de Bruno Bauer au sujet de l'émancipation politique des juifs allemands (texte qui ne propose qu'une réforme de l'Etat prussien), Marx affirme que l'émancipation politique ne met nullement fin à l'aliénation, mais qu'au contraire, elle réduit l'homme d'une part à un individu égoïste, et d'autre part, à un citoyen abstrait. Le prolétariat, artisan de l'émancipation humaine, fera disparaître le citoyen abstrait au profit de l'individu dans sa vie empirique et sociale:

Dans les Manuscrits économico-philosophiques (1844), il affirme que la communauté (Gemeinwesen) ne peut être opposée à l'être individuel: Dans ses annotations au livre de James Mill (Notes aux Eléments d'Economie Politique de James Mill, 1844), lorsque Marx décrit les relations libérées du système salarié et donc du Capital, il développe plus amplement sa conception de "Gemeinwesen": La Commune de Paris est pour Marx une révolution contre l'Etat qui réalisa une tentative de "Gemeinwesen" -être humain collectif-:  
-Etcétera.-

*

Nous présentons pour finir un extrait des "Gloses critiques Marginales..." tiré des OME (Obras completas de Marx y Engels) qui proposent une solution différente de celle de Etcétera dans la traduction des oeuvres de Marx. Au lieu du mot "civil", on trouve le mot "bourgeois" et les termes allemands "bürgerliche Gesellschaft" sont traduits non pas par "société civile" comme chez Etcetera, mais par "société bourgeoise":  
-OME-
 


Lisez le texte "L'Etat, la politique, la démocratie... Tel que le défend la social-démocratie"


CE40.3.3 Gloses crtiques marginales à l'article "Le roi de Prusse et la réforme sociale par un prussien" par Karl Marx - 1843

Déclaration finale à propos de la traduction