Nous estimons important de republier la prise de position que nous avons

défendue au travers de ce tract, diffusé en Espagne par nos camarades, à la suite

de l’attentat de supermarché Hypercor à Barcelone le vendredi 19 juin et qui s’est soldé par la mort d’une vingtaine de prolétaires. Cet attentat intervient à un moment de ras-le-bol généralisé dans la classe ouvrière qui est parvenue dans certains cas à se réapproprier la violence de classe nécessaire à la défense de ses intérêts (cf. Reinosa,...).

Cet attentat marque un saut qualitatif dans le renforcement de la campagne antiterroriste de l'Etat mise en avant par la bourgeoisie pour récupérer les prolétaires sur son terrain et conserver ainsi le monopole de la violence, pour la défense et la perpétuation de son système d'exploitation et l'écrasement du prolétariat.

TRACT

E.T.A. et Police, même saloperie :

CAPITAL ASSASSIN

Prolétaires :

Nos ennemis se divisent le travail.

D'abord, les patriotes basques posent des bombes dans des centres ouvriers... Ensuite, les mercenaires de la patrie espagnole les laissent sauter.

Prolétaires nous n’avons pas de patrie !

Etre patriote c'est être assassin !

La souveraineté et l'indépendance de l'Euskadí est le massacre du prolétariat... La défense de la liberté des différentes communautés d'Espagne sert à renforcer -l'anti-terrorisme- la répression contre les prolétaires qui n'acceptent pas de porter leurs chaînes.

Ils défendent tous les Etats basés sur la négation humaine, sur notre transformation en marchandise qui entre en relation selon la loi de la valeur. Ils combattent tous comme classe pour nous transformer en citoyens -électeurs-, chair à canon de leurs intérêts bourgeois.

Mort à la démocratie et au citoyen !

Vive le Prolétariat !

Camarades: pour reproduire ce monde de merde, les Partis parlementaires et les syndicats utilisent la violence contre-révolutionnaire de l'E.T.A. comme excuse pour essayer de nous unir à eux et marcher ensemble "Contre toute violence". C'est comme si on organisait nous-mêmes notre esclavage !

A bas l'anti-terrorisme !

Étendons et centralisons la terreur prolétarienne contre le Capital ! Jusqu'à imposer notre dictature sociale qui détruira le Capital !

Jusqu'à ouvrir le passage à une communauté Humaine mondiale sans classes ni Etats! Avec ou sans armes, E.T.A. et les Partis qui l'appuient font partie de cette société qui nie notre existence. Ils se préparent comme force de choc antiprolétarienne, comme solution de rechange lorsque les gouvernements actuels tomberont. Dans cette guerre entre bourgeois, comme dans toutes ces disputes, le prolétariat n'est pas neutre, mais défaitiste contre toutes les bandes contre-révolutionnaires. C'est au travers de ce terrorisme révolutionnaire qu'existe et se renforce la communauté de lutte de notre classe.

Contre le Capital sous toutes ses formes !

Détruisons tous ses États et ses organisations !

 Ni Basques ni Espagnols: Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

G.C.I. 21 juin 1987.


CE26.4.1 ETA et police, même saloperie: Capital assassin!