A propos de la grève des mineurs en Grande-Bretagne, nous publions ci-après la traduction d'un tract distribué par nos camarades à Londres et dans différents centres ouvriers du Yorkshire.

                                                           *****

- Organisation autonome de la classe ouvrière.

- Généralisons la lutte à tous les secteurs.

- Sabotons l'économie nationale.

- Aucune  concession.

Après la sidérurgie en Belgique, en France, après les émeutes en Tunisie et au Maroc, au Brésil, en Afrique du Sud,... comment peut-on croire encore qu'il ne s'agit que d'un problème propre au secteur minier, voire anglais !

En partant en grève contre les baisses de salaires, contre les licenciements, c'est toute la classe ouvrière que nous appelons à rejoindre la lutte (unis, nous pouvons tout !), parce que c'est dans tous les secteurs et dans tous les pays que pèsent les mena­ces de réduction des salaires et de suppressions d'emplois !

Partis en grève pour refuser des dizaines de milliers de suppressions d'emplois que le patronat veut imposer, les syndicats tentent de ramener la lutte au soutien de l'économie britannique ! "Contre les licenciements" se traduit pour les syndicats par "du charbon pour la Grande-Bretagne" !!! Comme si nous avions plus intérêt a nous faire exploiter dans le charbon que dans le pétrole ou le porridge !

Le NUM réclame à grands cris un arrêt de l'importation, une augmentation des exportations de charbon, une hausse des investissements dans l'industrie houillère, etc. Mais où sont les intérêts et les besoins des mineurs dans tout cela? Nous n'avons rien à foutre des problèmes de gestion de ceux qui nous exploitent !

En gardant les ouvriers sur le terrain de la concurrence (charbon contre pétrole, l'Angleterre contre la France), en contrô­lant les piquets volants pour qu'ils ne se déplacent pas trop et surtout pas de façon incontrôlée (c'est pour ça que le NUM ne finan­ce que les piquets qu'il contrôle !), en n'organisant que des actions symboliques contre l'entrée des "jaunes" dans des affron­tements/ spectacles où les flics sont les plus nombreux, en empê­chant de toucher aux stocks, les syndicats empêchent l'extension réelle de la lutte et remplissent leur rôle de chiens de garde du capital, de flics du patronat !

En quoi un changement de gestionnaires du Capital réduirait-il notre exploitation ? Ce que nous voulons ce n'est pas faire tomber Thatcher pour qu'elle soit remplacée par Scargill ou le Labour party, nous savons qu'ils mènent tous (Mitterrand comme Thatcher,...) la même politique anti- ouvrière. Ce que nous voulons c'est détruire de fond en comble le système d'esclavage salarié !

Quand Scargill parle de généralisation des luttes il ne vise qu'à crédibiliser son "syndicat, à renverser Thatcher, en définitive à constituer une "alternative" bourgeoise aux couleurs suffisamment radicales pour pouvoir casser le mouvement ouvrier. Ils sont tous au même titre des négociateurs de la peau du prolétariat.

Camarades, renforcer la lutte aujourd'hui c'est :

- s'organiserde façon autonome en dehors des syndicats,

- généraliser la lutte derrière des mots d'ordre unificateurs,

- l'action directe : le sabotage de l'économie nationale, la destruction des stocks, l'intimidation efficace des jaunes,...

- généraliser la lutte en déplaçant massivement les piquets volants, paralyser toutes les entreprises de tous les secteurs.

INTERNATIONALIST  COMMUNIST GROUP

Lisez « Communism » notre revue centrale en anglais disponible dans différentes librairies à Londres.

                                                           *****

« La démocratie synthétise, pour nous, tout le système de gouvernement de la classe capitaliste, non pas comme ses partisans la chantent, mais comme le diagnostique impitoyablement le communisme critique, à savoir, le      régime dans lequel une classe en exploite et opprime

économiquement une autre tout en affirmant une théorie politique d'égalité entre les citoyens de chaque classe, pour instaurer des organes électifs de l’Etat. C'est un droit formel et juridique pour la majorité de gouver­ner, mais en même temps c'est le maintien concret du privilège économique et du pouvoir de la minorité qui détient les capitaux".

Bordiga : Défense du programme communiste - Avanti- 1919-


CE21.5.3 Nous soulignons: Tract sur la grève des mineurs en Grande- Bretagne