COMMUNISME CONTRE DÉMOCRATIE

- THÈSES -

Ces thèses doivent être considérées comme une tentative de synthèse
des acquis programmatiques de notre organisation sur cette question fondamentale.
 

I.

La démocratie ne peut nullement être réduite à une simple forme (même la plus "adéquate") de la domination capitaliste. Au contraire, la démocratie s'affirme toujours plus comme la substance de la dictature capitaliste et ce, du fait même de son lien intrinsèque et historique avec la marchandise, "forme élémentaire de la richesse capitaliste" (Marx).


II.

La genèse de la démocratie, son développement historique (culminant dans le mode de production capitaliste - A-M-A') est intimement lié à l'apparition de la marchandise et donc à l'apparition, au développement, à l'apogée capitaliste et à la disparition de la valeur (la révolution communiste mettant fin au cycle de la valeur).


III.

La démocratie apparaît avec la sphère politique comme nécessité de constituer une communauté d'individus -les citoyens- soumis aux intérêts de la classe dominante. Si l'Etat est l'organisation de la classe dominante pour se maintenir en tant que telle, la démocratie est cette organisation pour l'ensemble de la société. L'Etat démocratique, l'Etat capitaliste est donc bien l'apogée, la synthèse supérieure de toutes les sociétés de classes car il est le plus nettement et l'organisation dictatoriale et terroriste de la classe dominante et l'organisation de tous les individus libres, égaux et propriétaires, organisés au sein d'une communauté non-humaine (et en ce sens, fictive) -la démocratie- dans l'intérêt exclusif de la classe dominante. La mystification est pour la première (et la dernière) fois totale: l'homme individu, citoyen atomisé n'existe plus en tant qu'être humain (c'est-à-dire en tant qu'être générique), il n'est plus qu'une marchandise parmi d'autres et à ce titre, libre et égal au sein de la circulation. Il n'est donc, en tant qu'individu singulier, qu'une simple particule politique du capital. C'est dans la sphère de la circulation, l'Eden démocratique, selon Marx, que les classes et en particulier la classe révolutionnaire -le prolétariat- sont le plus niées, le plus détruites, le plus inexistantes. Il n'y a plus que des citoyens organisés dans et par l'Etat démocratique.


IV.

Cette situation extrême de non-existence de la classe révolutionnaire se retrouve dans les périodes de contre-révolution intense où l'Etat démocratique parvient à atteindre un degré élevé de purification, à prétendre être le seul sujet de l'histoire. Les formes de cette purification se retrouvent tant dans les divers Fronts Populaires que dans les différentes formes de Bonapartisme: du stalinisme au nazisme, du fascisme au péronisme. En ce sens, l'apparition des formes "fachoïdes" (putschs militaires de gauche comme de droite,...) ne sont en rien un changement de nature de la dictature capitaliste; au contraire, il s'agit de son renforcement, conformément à sa substance démocratique: la négation dictatoriale des antagonismes de classes au profit de la domination impersonnelle de la classe capitaliste.


V.

De là, découle le rejet principiel de toute alliance, front,... visant à lier le prolétariat à la défense de telle ou telle forme de la dictature capitaliste contre telle ou telle autre. Leur substance étant commune et identique, il s'agit bien pour le communisme révolutionnaire, de détruire la démocratie sous toutes ses formes, non seulement sous celles "méchantes", "dictatoriales" et "militaires" mais tout autant celles "meilleures", "parlementaires" et "électives". La révolution communiste sera anti-démocratique ou ne sera pas.


VI.

La démocratie étant l'organisation des citoyens (c'est-à-dire la désorganisation, négation de la classe révolutionnaire) au profit de la classe capitaliste dominante, dès que le prolétariat commence à se constituer en classe, commence à reconstituer une autre communauté d'intérêts dans et par sa lutte, il commence à détruire la démocratie, la communauté fictive du capital, au profit de son projet propre: la communauté humaine mondiale, le communisme.


VII.

La lutte ouvrière organisée, centralisée et dirigée par son avant-garde communiste tend toujours plus à affirmer son être propre, sa substance, la nouvelle communauté qu'elle porte en elle et qui ne pourra s'épanouir que dans la destruction de fond en comble de la société bourgeoise, de son Etat et de ses rapports sociaux -le salariat-. Dès que s'affirment, même de manière extrêmement minoritaire et élémentaire, les intérêts et besoins prolétariens au sein de la plus petite action de classe, cette affirmation est déjà affirmation dictatoriale et anti-démocratique car elle vise et nécessite la force organisée d'une classe pour imposer à l'ensemble de la société, un projet social qui ne peut exister au sein du capitalisme qu'en tant que négation violente de tout l'ordre existant. Dès que se manifeste une action de classe, cela signifie à la fois une fissure même minime dans le consensus démocratique, dans la communauté fictive, et l'apparition, même embryonnaire, de la classe révolutionnaire, c'est-à-dire d'une communauté basée sur les intérêts historiques de cette classe: la société communiste. Le mouvement communiste et la démocratie sont donc en opposition directe; ils représentent, au plus haut point, la contradiction présente à tous les niveaux de la société, entre communisme et capitalisme.


VIII.

Lorsque cette contradiction éclate et que le prolétariat révolutionnaire parvient à s'organiser en classe dominante (la révolution communiste menant à la dictature du prolétariat pour l'abolition du travail salarié), cette organisation du prolétariat en classe dominante, dirigée par les communistes, réalise dictatorialement le programme communiste, impose toujours plus profondément à l'ensemble de la société la destruction de la valeur, l'extension de la classe dominante et donc l'extinction de cette dernière en tant que sphère séparée (négation de la négation). L'aboutissement de ce processus social signifie l'éclosion de la société communiste sans classe et sans Etat. Au plus s'affirme la dictature du prolétariat pour l'abolition du travail salarié, au plus s'affirme le fameux semi-Etat (semi parce qu'il tend à son dépérissement en tant que médiation, sphère particulière et séparée), au plus est détruite la démocratie, au plus est détruite l'atomisation des individus, au profit de l'apparition/généralisation de la communauté nouvelle préfigurée par le parti communiste dirigeant l'ensemble du processus transitoire. Ainsi, au plus la révolution communiste triomphe, au plus est détruite la substance de la dictature capitaliste: la démocratie.


IX.

Ce processus dictatorial et terroriste d'affirmation/négation du prolétariat comme classe dominante détruisant toujours plus les bases de sa propre domination et fondant ainsi une société sans domination, sans classe, sans Etat, sans violence,... n'a donc rien à voir avec une quelconque démocratie "ouvrière". Au contraire, la dictature du prolétariat pour l'abolition du travail salarié est la plus complète négation de la démocratie et à fortiori de celle dite ouvrière. L'assimilation entre dictature du prolétariat et démocratie "ouvrière" est l'une des déviations contre-révolutionnaires les plus graves, détruisant la base même de la dictature du prolétariat au profit de la réapparition du système d'esclavage salarié sous une forme plus "ouvrière".


X.

La démocratie "ouvrière" ne fait que prolonger et approfondir toutes les médiations du capital (entre politique et économie, entre homme et société,...) en remplaçant le culte du parlement, des libertés, des individus atomisés,... par le culte identique quant au fond, des "soviets démocratiques", des "syndicats libres", des ouvriers atomisés,... Au mythe a-classiste du peuple, de la nation, version "démocratie bourgeoise", correspond celui tout autant a-classiste des "ouvriers sociologiques", de la "majorité exploitée", des "masses populaires", version "démocratie ouvrière". L'addition de l'adjectif "ouvrier" à la réalité de la démocratie, à sa liaison historique à la marchandise, à l'argent et au capital, ne change pas d'un iota la substance de la démocratie; cette addition ne sert en fait qu'à essayer, une fois de plus, de faire passer la réalité capitaliste sous un vocable "ouvrier". La démocratie "ouvrière" se veut le représentant du pôle positif de la dictature capitaliste (de même que le pôle "richesse" s'oppose au pôle "pauvreté") niant en cela la totalité que constitue cette dictature, à savoir, la production/reproduction de la valeur sur base de l'esclavage salarié. Comme Proudhon et les socialistes bourgeois voulaient maintenir le capitalisme en en supprimant les aspects les plus "déplaisants", les démocrates "ouvriers" veulent à tout prix maintenir la démocratie et son cortège de "Liberté-Egalité-Fraternité" en donnant à la classe ouvrière la tâche impossible d'en supprimer le corollaire plus "déplaisant" du cortège exploitation-prison-aliénation. La démocratie "ouvrière" n'est en fait rien d'autre que le vieux mythe capitaliste de la gestion "ouvrière", de la prise en charge par les ouvriers atomisés de leur propre exploitation. Les prolétaires atomisés, broyés, noyés, niés en tant que classe seraient ainsi dictatorialement déterminés à démocratiquement voter la continuation de leur propre exploitation, la perpétuation de l'esclavage salarié. L'utopie du capital sous couvert de démocratie "ouvrière" est ainsi mise à jour: le capital sans contradiction: une "humanité" composée uniquement d'ouvriers n'existant que comme producteurs de valeur.


XI.

Pour le marxisme, il existe une contradiction fondamentale entre communisme et démocratie, la victoire de l'un implique nécessairement la destruction de l'autre.



 
 
  "Le présupposé élémentaire de la société bourgeoise est que le travail produise immédiatement la valeur d'échange, donc de l'argent, et qu'ensuite l'argent achète tout aussi immédiatement le travail et n'achète donc le travailleur que pour autant qu'il aliène lui-même son activité dans l'échange. Le travail salarié d'un premier côté, le capital d'un second, ne sont donc que d'autres formes de la valeur d'échange développée et de l'argent en tant qu'il est son incarnation. L'argent est ainsi immédiatement à la fois la communauté réelle, dans la mesure où elle est la substance universelle de l'existence pour tous et en même temps le produit collectif de tous. Mais dans l'argent, comme nous l'avons vu, la communauté est à la fois pure abstraction, pure chose extérieure et contingente pour l'individu singulier et en même temps pur moyen de sa satisfaction en tant qu'il est individu singulier isolé. La communauté antique présuppose une tout autre relation de l'individu pour soi. Et donc le développement de l'argent dans sa troisième détermination brise cet individu. Toute production est une objectivation de l'individu mais dans l'argent (valeur d'échange), l'objectivation de l'individu n'est pas celle de l'individu dans sa déterminité naturelle, mais celui en tant qu'il est posé dans une détermination (dans un rapport) sociale qui lui est en même temps extérieure."  

Marx - Grundrisse

 

CE19.4 Thèses sur la démocratie