La solidarité avec les luttes en Amérique latine:

DEVELOPPONS L' INTERNATIONALISME

 

‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑‑ ‑‑‑‑‑‑ ‑ ‑ ‑

Les importants mouvements de lutte ouvrière qui traversent l'Amérique latine, de la Bolivie au Chili (1), qui touchent même Sao ‑ Paulo, ville modèle du capitalisme au Brésil, rappellent l'ampleur univer­selle de l'antagonisme entre prolétariat et bourgeoisie et de la pers­pective de la révolution communiste.

Soulignons brièvement ce fait fondamental. Une même génération de prolétaires, celle qui a subi l'écrasement sanglant des importants mouvements de 1968 - 1973, constitue à nouveau une force de classe en face de l ' Etat bourgeois. La domination bourgeoise n'a jamais été décrédi­bilisée avec une telle rapidité: militaires, fronts populaires,... se succèdent au gouvernement sans réussir à étouffer les luttes prolé­tariennes. En Bolivie, par exemple, après quelques mois de gouverne­ment, le front populaire de S. Suarzo est moribond ;les principaux pions qui restent à l ' Etat pour empêcher les ouvriers d'approfondir leur mouvement, sont les syndicats (la COB et la FSTMB) qui tentent d'enfermer les prolétaires dans des problèmes de cogestion ou d'auto­gestion des entreprises, dans le cadre de la "nation des travailleurs", de la "gestion ouvrière" !

Ce qui s'affirme comme ennemi des luttes, c'est la faiblesse de leurs perspectives internationalistes, de sabotage de l'économie na­tionale, derrière laquelle se développe le mythe de la libération na­tionale. Briser le carcan national et son cortège gestionnisme et dé­mocratique, son culte du travailleur national, est une des tâches centrales des communistes.

Pour les prolétaires d'Amérique latine qui luttent contre l ' Etat, ses militaires, ses syndicats, ses gouvernements, organisons la soli­darité internationaliste, de classe. Cette solidarité n'a rien à voir avec un applaudissement de mouvements qui nous seraient extérieurs, ni avec des leçons que nous donnerions de notre petite Europe. Au con­traire, elle consiste à engager ici la lutte contre l'isolement et l'éloignement en faisant échos aux actions de classe qui nous parvien­nent (trop souvent falsifiés par la presse bourgeois), en soutenant partout le regroupement des communistes. Nous insistons particulière­ment sur les responsabilités et les tâches des communistes. Tisser des réseaux d'information sur les luttes, de centralisation des expérien­ces de lutte, organiser la propagande autour d'organes, de manifestes (cf. le manifeste défaitiste révolutionnaire sur la guerre Iran ‑ Irak), développer des perspectives internationalistes, ... sont les fondements de la pratique révolutionnaire de l'internationalisme pour la consti­tution d'une communauté de travail internationale.

(1) Lisez à ce sujet les articles de Comunismo n°5 et 13.

 


CE17.3.1 NOUS SOULIGNONS