"SOLIDARNOSC"... FLIC D'ENTREPRISE.

Clandestin ou pas, le syndicat "Solidarnosc" avec lequel, un peu partout dans le monde, la bourgeoisie s'est solidarisée, reste aujourd'hui un des meilleurs piliers de l'Etat bourgeois en Pologne. Pour défendre ses intérêts de classe, le prolétariat est
non seulement contraint de liquider Walesa et sa clique de curés et de syndicalistes, mais aussi de s'organiser en opposition totale avec l'entièreté du syndicat "libre". La solidarité de classe avec les prolétaires de Pologne consiste à dénoncer cet
appareil ainsi que toutes les autres forces bourgeoises qui défendent et reproduisent cet appareil ailleurs. Que des militants de "Solidarité" soient de temps en temps incarcérés et que cette structure du capital agit partiellement dans la clandestinité
(comme d'ailleurs les nationalistes de l'IRA en Irlande et de l'ETA en Espagne, comme l'ont fait avant eux d'autres piliers de l'Etat bourgeois dans la résistance patriotique durant la guerre 1940- 1945) n'enlève rien au fait que ce syndicat s'est élevé et s'élèvera toujours contre les luttes prolétariennes. Ce dernier semestre, les commissions locales de "Solidarnosc" ont affirmé clairement qu'elles rempliraient leur rôle de flic d'entreprise. Un exemple parlant de ce fait est donné par la résolution adoptée le 1.10.1982, par la commission provisoire de l'entreprise
NSZZ,"Solidarnosc Polar" .

"Résolution n°l:
A la suite des informations concernant les provocations qui seraient montées sur le terrain de notre entreprise, la commission provisoire d'entreprise a voté la résolution suivante:

1. Nous désavouons tous les actes de sabotage car ils ne peuvent que nuire à la bonne renommée de NSZZ Solidarnosc.

2. La lutte pour nos droits ne peut se dérouler que par des manifestations pacifiques, menées dans un esprit de communauté et de solidarité contre l'illégalité qui nous est imposée par le pouvoir.


3. Tout saboteur sera considéré comme un ennemi de NSZZ Solidarnosc et ne pourra compter sur aucune aide juridique ni financière.

4. A la suite de ce qui vient d'être dit, nous engageons tous les membres et sympathisants de Solidarnosc à se démarquer de ces personnes et à condamner catégoriquement leurs activités."

Nous voyons que toute lutte de classe en Pologne vient buter contre la vigilance des miliciens, mais aussi, comme partout, contre l'oeuvre de pacification des syndicalistes. De notre point de vue, celui du communisme, nous répondons d'une seule manière: solidarité totale avec tous les prolétaires dénoncés pour avoir
rompu la paix sociale et repris la lutte. Vivent les actes de sabotage de la production capitaliste.Les établissements Polar sont, en Pologne, le plus important
producteur de machines à laver et de frigidaires.




CE16.2.4 Nous soulignons: Pologne: "Solidarnosc"... flic d'entreprise