"Le 17 octobre, des grèves ont éclaté dans les mines de Levrda… des miliciens et des responsables du parti venus réprimer ces actions auraient été tués."

"Dès que M. Ceausescou descendit de son hélicoptère, les mineurs locaux l'accueillir à coups de pierres."

« La population aurait lynché le secrétaire adjoint du part de cette ville »

« pour empêcher toute protestation, la police est omniprésente dans la capitale »

"Des troupes de la police politique vinrent 'pacifier' la région."

De même qu'en Pologne, de "graves troubles sociaux" perturbent l'ordre capitaliste en Roumanie, en Yougoslavie, en URSS… Cette extension des conflits marche de pair avec l'accroissement des difficultés de ravitaillement, avec la pénurie qui frappe constamment les pays de l'Est. La dette extérieure de la Roumanie est plus importante que celle de la Pologne, la viande est introuvable depuis de nombreuses semaines, pain, sucre, café, huile sont rationnés et les queues s'allongent devant les magasins.

Ces mêmes dégradations des conditions de vie, ces mêmes luttes qui se développent, un peu partout rappellent que l'exploitation, la misère, ... est le sort que réserve le capitalisme aux prolétaires du monde entier et que la lutte de classes est la même partout: prolétariat contre bourgeoisie. En affrontant la milice, le parti, ..., autant de forces de la bourgeoisie, les ouvriers en Roumanie ont une nouvelle fois démoli le mythe des "États ouvriers". Leurs "difficultés ne sont pas le produit d'une mauvaise gestion de l'État, des entreprises ou des abus de la nomenclature. L’Etat bourgeois n'est pas dirigé par des imbéciles incompétents, il n'existe qu'en tant qu'organisateur et reproducteur de l'oppression d'une classe par une autre, son existence est incompatible avec un quelconque fonctionnement harmonieux de la société !

En Roumanie il n'y a pas encore de "Solidarité" pour étouffer l'antagonisme entre le prolétariat et l'Etat, pour faire s'asseoir à la même table ouvriers, curés et gouvernants. Les grèves et manifestations qui se sont déroulées au mois de septembre et octobre dans plusieurs villes et régions (les mines de Levrda, Lupoaia et Hosasti, les villes de Potru, d'Orsova et de Giurgiu près de Bucarest) se sont directement heurtées à la répression étatique et les prolétaires y ont répliqué avec violence. De même en Russie et à la même époque, l'armée est intervenue dans le Caucase pour mater des émeutes "d'une extrême violence". (Toute l'information s'arrête là).

Partout dans le monde, les mêmes causes, la crise catastrophique du capital, la misère de plus en plus généralisée,… déterminent les mêmes réactions prolétariennes, la lutte intransigeante, la révolte, l'émeute,...

40

Partout dans le monde, même dans les pays prétendus "communistes", la lutte ouvrière et son contenu directement internationaliste nous montre la voie: la guerre de classes, prolétariat contre bourgeoisie! Et pour transformer cet immense potentiel de luttes et de révoltes en de réelles insurrections, en la révolution communiste mondiale, il manque plus que jamais, la centralisation de ces forces encore disparates en une seule force compacte, leur encadrement dans le sens pleinement révolutionnaire.

VIVE LE PARTI DE CLASSE !




CE12.5.1 Nous soulignons: Roumanie, les ouviers contre le capital