Les “Nations Unies”, au-delà de toutes les contradictions interimpérialistes internes, constituent un organisme de la permanence et de la reproduction de la contre- révolution mondiale. Ces différents composants, comme l'UNICEF: le fond des Nations Unies pour l'Enfance, ne peuvent échapper à ses objectifs généraux. Leur intérêt consiste logiquement à dissimuler au maximum les stigmates de la barbarie de la société dans laquelle nous vivons, tout en falsifiant les causes réelles de la misère. C'est pourquoi personne ne pourra accuser ces bandes organisées d'exagérer les chiffres de la mortalité infantile ainsi que ceux des carences alimentaires, du problème de la faim, techniquement résolusbles aujourd'hui.

Quand l'UNICEF reconnaît que pas moins de 12 millions d'enfants meurent chaque année pour des “causes qui pourraient être évitées”, nous devons considérer cette information choquante comme la confession d'une partie de la vérité qu’ils ne parviennent pas à dissimuler (*).

(*) D'autres estimations font état de 25 millions d'enfants mourant de faim par an.

La presse internationale de gauche comme de droite, qui a répercuté cette information, évite au système capitaliste de paraître comme la véritable cause de ce massacre sans fin. Du “New York Times” au “Monde”, il répète le même mensonge: l'explosion démographique, la sécheresse, voire tel ou tel impérialisme, tel ou tel régime politique. L'humanisme bourgeois s'indigne mais occulte invariablement les significations réelles de cette sinistre réalité à laquelle son régime nous condamne. 12 millions d'enfants assassinés par le capital, condamnés à mourir de faim par tous les Etats, de droite, de gauche, du centre... c'est un chiffre époustouflant qui hante notre conscience, c'est le parfait symbole, vérité macabre, du développement et du progrès du capitalisme, “Etats socialistes” ou “en voie de l'être” inclus.

Prolétaire, quand ils viendront te parler de développement, afin que tu travailles plus ardemment, que tu produises plus pour cette société pourrie, n’oublies pas un instant que tu as devant toi ces assassins qui exécutent la politique de croissance capitaliste. Celle-ci ne produit pas seulement la richesse dont ils parlent, mais aussi et en même temps le développement de la misère, la croissance ininterrompue, l'expansion permanente de ces êtres crevant de faim.


CE10/11.6.2 Nous soulignons: Barbarie capitaliste: Plus de 12 millions d'enfants morts de faim en un an!